Rechercher

 
Contactez-nous
Vous pouvez nous contacter via notre formulaire de contact.
Cliquez ici
 
l'actualité en direct...
Suivez toute l’actualité de votre Ceméa Nord - Pas de Calais en
vous abonnant à la newsletter ou au flux RSS...
Cliquez ici

« Organiser un grand jeu : des stagiaires BAFA prennent le relais »

Posté le 12/03/10Par Redaction 

Stagiaires jouant au morpion revisité - relais

Lors du stage d’approfondissement BAFA « Jeux de plein air, jeux sportifs et grands jeux » organisé par les Ceméa Nord-Pas de Calais à l’école Lavoisier durant les vacances d’automne, des stagiaires se sont pris au jeu d’imaginer, de réaliser et faire vivre un grand jeu aux autres stagiaires. Mais qu’est-ce qu’un grand jeu ? Nous leur avons posé la question ainsi qu’à un formateur.

En quoi consiste un grand jeu ?

Pour le formateur, le grand jeu est un projet qui comporte diverses activités qui peuvent être sportives, intellectuelles, ou liées à l’adresse… Il y a une trame scénaristique qui nous plonge dans un univers, il y a aussi une phase de sensibilisation et d’information sur l’objectif du jeu qui permet de nous mettre dans l’ambiance. Un grand jeu fait parti d’un projet d’activité ; on part de quelque chose qui existe ou n’existe pas encore pour faire quelque chose d’original autour des thèmes tel que l’écologie, l’environnement, la mise en valeur de l’individu, etc… Suite au grand jeu, il y a une évaluation dont on peut se servir pour refaire ce projet en le modifiant par rapport à ce qui a été dit lors de l’évaluation.

Pour les trois stagiaires, un grand jeu peut être l’aboutissement d’une semaine en lien avec un thème. Cela peut permettre d’installer un climat de confiance entre les enfants ainsi qu’entre les enfants et les animateurs. Un grand jeu permet de renforcer l’esprit d’équipe, la cohésion de groupe.

De quoi est composé un grand jeu ?

Selon les trois stagiaires, un grand jeu est composé d’un fil conducteur présent tout au long du grand jeu ainsi que plusieurs activités qui permettent d’engranger des points pour avoir un vainqueur final. Le grand jeu ne doit pas tomber dans la banalité, il doit marquer l’enfant qui vit le grand jeu.

Un exemple ?

Les meneurs introduisent leur grand jeu aux autres stagiaires

Le grand jeu imaginé par des stagiaires porte le nom de La Royauterie.

Le principe du jeu : 4 familles vont s’affronter pour savoir qui va gouverner le royaume. Ces familles vont se confronter lors de différentes épreuves en

équipe telles qu’un quizz, un jeu d’affrontement comme les maîtres du souffle et un morpion revisité grandeur nature. A la suite de ces trois épreuves, les points engrangés par chacune des familles vont permettre d’attribuer un nombre de parcelles de territoire pour l’épreuve ultime : la conquête de l’espace.  Chaque famille devra conquérir le plus de territoires possibles pour pouvoir décider du sort du royaume.

A la suite de ce grand jeu nous avons posé des questions à un formateur et aux trois stagiaires qui ont mené le grand jeu  pour en savoir plus sur la structure du grand jeu.

ici les stagiaires jouent à la conquête de l'espace

Et qu’en dit le formateur ?

Durant l’apport pratico-théorique sur le grand jeu que j’ai mené avec les stagiaires,  je leur ai fait vivre un « mini » grand jeu avec une trame réelle : quand ils étaient en groupe je leur avais demandé où est-ce qu’ils avaient mis mon porte-vue, s’ils ne l’avaient pas vu. Je me suis appuyé sur une situation qui peut être « réelle » ils ne s’y attendaient pas et ça les a surpris. Ils ne s’attendaient pas à jouer. L’idée était de constituer des groupes pour pouvoir ratisser un maximum de terrains pour essayer de retrouver mon porte-vue.

J’ai fait toute une préparation autour d’un parcours d’orientation pour les amener à différents points où il y avait des messages codés, il y avait des choses à trouver dans certaines pièces etc. Il y avait diverses activités : un peu d’activités physiques où ils devaient être plutôt rapide dans le sens où il fallait chercher rapidement mon porte-vue, il y avait de l’observation car ils devaient chercher des objets d’une certaine couleur, il y avait également de l’orientation ainsi que de la réflexion.

Après ce temps de pratique, je suis revenu sur un temps théorique qui pourrait leur permettre de réaliser un grand jeu de manière efficace avec une méthode particulière qu’est le PSIALACRE. C’est un anagramme qui définit les différents points nécessaires pour préparer de manière efficace un jeu :

P pour Présentation : présentation du grand jeu.

S pour Sensibilisation : sensibiliser les personnes pour leur introduire l’univers du grand jeu.

I pour Information : Informer les enfants d’un grand jeu, rappel de l’univers du grand jeu via des affiches.

A pour Aménagement : Aménagement de l’espace pour retranscrire l’univers du grand jeu.

L pour Lancement : le lancement du grand jeu

Les stagiaires participent à une épreuve de réflexion

A pour Activité : elles peuvent être entremêlées entre elles, ou bien des activités séparées les unes des autres.

C pour Conclusion : Conclusion du grand jeu et de la trame du grand jeu.

R pour rangement : Le rangement c’est ranger tous ensemble, ce n’est pas forcément seulement l’animateur ou seulement l’enfant qui doit ranger mais tout le monde ensemble.

E pour Évaluation : analyse de ce qu’on a vécu du projet de grand jeu et pouvoir utiliser ce qu’on a pu émettre comme avis pour refaire possiblement ce grand jeu ou un autre avec ces conseils et les appliquer. »

Les fichiers d’activités où on peut retrouver les activités utilisées pour ce grand jeu sont disponibles :

La conquête de l’espace

Les maitres du souffle


Pour plus d’information concernant le stage BAFA en général.

Cet article a été rédigé par Thomas BONZANINI,

service civique web reporter