toutes nos formations BAFA BAFD ...
   
Rechercher

 

BPJEPS Animation culturelle

Former des professionnel.le.s du champ de l’animation socio-culturelle pour contribuer à la transformation sociale par l’éducation populaire, c’est l’ambition des CEMÉA et c’est ce qu’ils proposent à travers leur offre de formation 2018-2019.

Plaquette BPJEPS Animation culturelle

Nous avons le plaisir de vous présenter l’une des formations professionnelles qualifiantes  que nous organisons et qui vise à former des animateurs culturels et animatrices culturelles : le BPJEPS Animation culturelle.

  BPJEPS Animation Culturelle 2018-2019 CEMEA (500,7 Ko - 11/07/2016)

Cette formation en alternance d’un peu plus d’un an permet de qualifier des salarié.e.s en poste et des personnes en recherche d’emploi.

Martin, stagiaire BPJEPS AC lors de l'animation d'une rencontre entre du public et des slameurs au Printemps de Bourges 2017

A qui s’adresse la formation ?

Cette formation vise à former des professionnels de l’animation techniciens de l’éducation populaire, capables de développer sur des territoires, des actions et des projets d’animation.
Ces professionnels agissent en autonomie, au sein de structures privées du secteur associatif ou marchand, au sein de la fonction publique territoriale. Ces structures sont, de façon générale, des structures de diffusion et de promotion de la culture : structures de vacances, centre de loisirs, associations de quartier, ludothèques, bibliothèques, théâtres, cinémas, lieux d’exposition, … Ils interviennent directement auprès des publics (de l’enfance aux personnes âgées) à partir d’une technique dans les domaines socio-culturel et/ou socioéducatif ou d’un ensemble de techniques avec des objectifs visant le développement du lien social en facilitant l’accès à la culture partagée aux personnes.

Le métier d’animateur culturel

L’animateur culturel accompagne les publics dans la rencontre avec les différentes œuvres culturelles instituées, il favorise la mise en activité des groupes, le développement de l’expression et de la créativité. Il organise ses activités dans le cadre de la structure qui l’emploie et des attentes de son public, depuis la programmation jusqu’à l’évaluation finale de son action.

Visite de l’expo Art, culture et Handicap

Ses activités s’exercent principalement au sein de structures privées du secteur associatif ou marchand, au sein de la fonction publique territoriale. Ces structures sont, de façon générale, des structures de diffusion et de promotion de la culture : structures de vacances, centre de loisirs, associations de quartier, centres sociaux, ludothèques, bibliothèques, théâtres, cinémas, lieux d’exposition, salles de concert, cirques … L’offre d’animation concerne tous les publics. Elle peut s’adresser à une population de proximité (quartier, ville, regroupements intercommunaux…) ou à un public plus spécifique (en insertion, en situation de handicap, structure de jeunes enfants).

Un rapport actif aux formes artistiques et culturelles : l’activité

L’intervention de l’animateur culturel s’inscrit dans une logique globale d’éducation populaire, dont il est un acteur.

Ainsi, il privilégie l’écoute des différents publics, la mise en action des personnes et répond à des besoins identifiés ; il contribue à la citoyenneté, à développer l’accès à la culture partagée, à renforcer le «lien social» ; il favorise, soutien et accompagne des projets et pratiques culturelles amateurs. L’animateur culturel vise à renforcer la capacité à vivre ensemble par le développement de la curiosité, de la confrontation à la diversité et l’ouverture aux autres.

Il conçoit et conduit de manière autonome des projets collectifs et des prestations d’animation dans le champ socio-éducatif et socioculturel.
L’animateur est intégré à une équipe qui met en œuvre le projet institutionnel de la structure qui l’emploie et dont il est porteur. Il organise des projets d’animation socioculturelle pour le public, les met en place et les coordonne. Dans ce cadre, il prend en compte les ressources et institutions culturelles et artistiques locales et participe à la mise en œuvre de collaborations dans le domaine culturel sur son territoire de référence.

retour sensible SANDRE- travail sur acrostiche

L’animateur permet la mise en activité des groupes, le développement de l’expression et la créativité.
L’animateur ne se limite pas à créer ou à permettre une situation de rencontre avec les formes culturelles instituées. Il cherche  également à établir un rapport actif et critique aux formes artistiques et culturelles par la mise en activité des publics. Pour cela il met en oeuvre des démarches pédagogiques en s’appuyant sur des supports techniques d’activité adaptées au public.

Ces activités de découverte et d’initiation permettent l’expression et la créativité individuelle dans un cadre collectif. L’animateur encadre des groupes, organise et programme des actions réalisées en cohérence avec le projet global de la structure employeuse et adaptées aux publics auprès desquels il travaille.

Accompagner la rencontre entre les œuvres et le public

Le métier est caractérisé par la relation à un public.
L’animateur est amené à accueillir et informer le public au sein de la structure, à comprendre ses demandes, à l’aider et à l’orienter. Ce métier comporte une dimension collective, quel que soit le type d’activité. L’animateur est amené à accompagner des groupes dans la conduite de leurs projets culturels et artistiques amateurs : en soutien à la dynamique des groupes et sur les conditions de la pratique..  Il  peut  être  aussi  un  intermédiaire  entre  les groupes  de  pratiquants, les structures  et  différents  intervenants  :  les  enseignants  artistiques,  les  artistes – intervenants, les responsables de lieux de diffusion, les collectivités publiques. L’animateur participe à la communication des activités de la structure en aidant à la valorisation des actions mais aussi en tant que force de proposition et soutien à la création des outils de communication et leur diffusion.