Rechercher

   
Contactez-nous
Vous pouvez nous contacter via notre formulaire de contact.
Cliquez ici

«Et vous ? Ça s’est bien passé, votre rentrée ?»

Posté le 12/03/10Par admin 


Premier numéro de l’année du 118 de l’Info !? C’est l’occasion de faire le point sur les évolutions de notre association. Et il s’en est passé des choses depuis le dernier numéro de l’année 2009-2010.  C’est aussi le moment d’un premier regard sur le panorama  politique, économique et social d’une rentrée qui s’est passée il y a déjà  2 mois.
Le printemps et l’été 2010 auront été ceux de tous les changements dans notre association régionale et dans notre mouvement : renouvellement d’une partie du Conseil d’Administration, changement  partiel du Bureau, nouvelle présidence, nouvelle direction, nouveaux locaux et nouveau(x) projet(s)… Les travaux dans le bâtiment que nous avons acheté rue Deconynck à Lille sont déjà bien avancés et… Bd de la Liberté, on commence à prévoir le déménagement… Du Côté d’Arras, nous allons quitter prochainement  les locaux rue de Loliette, pour de nouveaux, plus spacieux, et surtout plus adaptés à nos besoins de formations dans ce territoire…
Au niveau national, l’été 2010 aura été celui du 10ème congrès national des CEMEA à Aix en Provence auquel une trentaine de militants ont participé. Il aura vu également plus de 150 lycéens du Nord-Pas de Calais au festival d’Avignon accompagnés par des militants de la région.
Bref, les signes d’une activité militante bien vivante ne manquent pas. Nous pouvons nous en réjouir. Dans le contexte actuel, l’engagement est sans nul doute une richesse incomparable. Nous pouvons être plutôt contents de notre vie associative régionale, même si bien sûr nous aimerions qu’elle se développe toujours plus et surtout que sa qualité s’améliore encore et  sans cesse.
On ne peut certainement pas en dire autant de l’évolution du paysage politique, économique et social. L’été aura été de nouveaux dérapages sécuritaires : stigmatisation des populations Roms, des enfants d’immigrés et l’automne est marqué par de nouvelles attaques contre le pacte social sur lequel s’est construit notre société depuis la fin de la 2ème guerre mondiale. Le passage en force sur la réforme des retraites en est l’exemple le plus criant. Au-delà, des aspects de durée de cotisation et d’âge légal de départ à la retraite, notre association régionale a pris position sur la remise en question de cet équilibre solidaire entre les générations, mais aussi entre les plus riches et ceux qui le sont moins, parfois beaucoup moins. Le traitement méprisant par le pouvoir en place, de l’expression d’une grande partie de la population, peut légitimement nous interroger aujourd’hui sur ses conceptions démocratiques. Les annonces dans le cadre de la préparation du budget 2011 et la rigueur qui est de mise peuvent nous faire craindre le pire : suppression de dizaines de milliers de postes dans la fonction publique dont 16 000 dans l’éducation, annonces de coupes sombres dans le secteur de la santé… Transferts sur les collectivités territoriales d’encore et toujours plus de charges… On peut raisonnablement penser que les associations d’éducation populaire n’échapperont pas à cette cure d’austérité… Elles en feront les frais directement (par des suppressions de financements) ou indirectement en touchant les populations.
Est-ce le rôle d’un mouvement pédagogique comme les CEMEA de prendre des positions sur tout cela ? Sans aucun doute, car comme nous l’avons dit plus haut, l’engagement est notre richesse. C’est le principal levier de notre rôle d’acteur de transformation sociale, ce que nous avons toujours revendiqués d’être. Et la pédagogie n’a de sens qu’au service d’un projet politique et social. Sinon, elle reste un outil. Un bel outil certes mais un outil quand même. Et l’on sait que l’outil n’a de valeur que dans la finalité pour laquelle on l’utilisera. Comme dit l’expression «Si un marteau est un marteau, donnez le à un charpentier ou à un fou, ils n’en feront pas le même usage».
Les CEMEA ont plus que jamais leur raison d’être et de réfléchir et prendre des positions sur les grandes questions de société, tout particulièrement quand elles concernent l’éducation, la jeunesse, le handicap, la parentalité, les liens intergénérationnels, la santé, les loisirs…. En cela, ils constituent un espace d’engagement. En cela, ils sont indispensables dans cette société où certains seraient tentés de tout nous confisquer, y compris notre pensée.

Laurent CATTELLE,
Président des CEMEA Nord-Pas de Calais