Rechercher

   
Contactez-nous
Vous pouvez nous contacter via notre formulaire de contact.
Cliquez ici

Mars, mois de la germination… des idées !!!

Posté le 12/03/10Par Redaction 

Pas de doute, mars 2010 sera le mois de rendez-vous importants pour les CEMEA Nord-Pas de Calais entre :

  • la 1ère édition des Echos du festival national du film d’éducation dans la région (vendredi 5 et samedi 6 mars au Cinéma le  Méliès de Villeneuve d’Ascq),
  • le regroupement interrégional des administrateurs des AT Haute-Normandie, Picardie, Ile de France et Nord-Pas de Calais les 13 & 14 mars à Amiens (nouvelle étape préparatoire au Congrès d’Aix)
  • les élections régionales prévues le 14 mars (et 21 si second tour…)
    On peut se demander quelle place les CEMEA doivent prendre dans ces élections qui, selon le gouvernement, n’auraient pas de portée nationale…

S’il n’appartient pas aux CEMEA de dire pour qui voter, il n’en demeure pas moins que nous devons porter clairement nos choix et dénoncer les effets ravageurs des politiques gouvernementales et des partis de la majorité présidentielle dans les différents domaines où nous agissons : éducation, santé, social, culture… et profiter de cette occasion pour contribuer à la construction d’un  rapport de force avec celles et ceux dont le projet foule aux pieds nos valeurs.

Les CEMEA doivent prendre en compte les évolutions structurelles de notre pays par lesquelles  des compétences supplémentaires ont été conférées aux collectivités locales.
Pour autant, nous devons réaffirmer notre attachement à l’incontournable complémentarité entre Etat, collectivités territoriales, monde associatif et « usagers » en matière d’éducation, de santé ou de culture. Le désengagement de l’état de son rôle de garant des politiques publiques dans ces secteurs par une destruction massive et organisée des services publics, par des retraits d’emplois toujours plus nombreux, par le transfert de compétences mais surtout de charges sur les collectivités territoriales (sans transfert de moyens) conduira à moins d’éducation pour tous, moins de santé pour tous, moins de culture pour tous et à une altération de la qualité des services rendus à chacun dans ces domaines.
Qu’on ne s’y trompe donc pas, ces élections auront bien un retentissement national, le local apparaissant de plus en plus comme un lieu de résistance au mondialisme libéral dévastateur où la priorité n’est que l’argent au détriment de l’humain.
Pour autant, cela ne doit pas faire oublier l’importance des enjeux régionaux et les revendications que le secteur associatif doit porter dans le cadre de cette campagne électorale.  C’est pourquoi les Ceméa régionaux s’y engageront pleinement, en lien avec les associations du CRAJEP, en centrant leurs propositions autour de quatre axes en lien avec les champs de compétences des conseils régionaux. Ils traduisent la revendication que notre association soit considérée comme partenaire privilégié sur les questions liées à la formation professionnelle, la culture, la jeunesse et la vie associative. Vous retrouverez dans ce numéro nos propositions détaillées.

La réussite de ces rendez-vous et l’écho donné à nos valeurs et revendications dépendra de l’implication militante de chacun de nous dans ces moments, à commencer par le festival d’éducation décentralisé. Pouvait-on rêver mieux pour faire vivre en actes nos principes d’éducation populaire et d’éducation nouvelle que cet événement qui réunira des jeunes, en difficultés pour certains, des éducateurs, des sociologues, des anthropologues, des géographes,…  autour des questions de frontières et donc d’ouverture au monde et aux autres. Quoi de mieux, en effet, pour montrer à quel point le monde associatif est porteur de sens, acteur de projet social et qu’il doit avoir sa place dans le paysage politique, qu’il soit national ou régional…
A nous de faire en sorte que ces rendez-vous soient réussis.


Laurent CATTELLE