Rechercher

   
Contactez-nous
Vous pouvez nous contacter via notre formulaire de contact.
Cliquez ici

Vous avez dit cinéma d’éducation ?

Posté le 12/03/10Par admin 

Lorsque l’on questionne quelques personnes sur le type de sujets abordés lors d’un festival de films d’éducation, l’on obtient des termes parfois restreints.
Pourtant, chacun sait que l’éducation concerne les parents bien-sûr, les enseignants, mais aussi tous les professionnels de la santé, du social et des loisirs, sans oublier les politiques, c’est à dire tous les citoyens : en allant au 5ème festival national du film d’éducation à Evreux je les ai tous rencontrés dans le public.

Ce Festival se déroule sur quatre jours rassemblant des  réalisateurs de films inédits, tous les acteurs de l’éducation, des jeunes très impliqués et donc un public très large.

Vingt films sont projetés les après-midi ou en soirée, le matin étant réservé aux tables rondes animées par Jean FRANCOIS dont le thème « Les mixités, les diversités » me semble bien à propos dans ce débat qui fait polémique  actuellement « l’identité nationale » : sujet donnant la possibilité de réflexion, d’échanges entre spectateurs d’âges, de sexes et d’origines différentes. Les invités au débat, quant à eux offrant au public leurs regards, leurs analyses et leurs recherches :

Voilà de quoi « s’intéresser et s’affronter aux problématiques posées à l’éducation et de tenter d’aider chacun dans son rôle d’adulte, d’éducateur, de citoyen… ». Extrait du catalogue du festival
En 2008, la direction du festival a été confiée au CEMEA qui ont choisis de nouvelles orientations. Notamment de décentraliser le festival dans 9 régions, en 2009-2010.

Le Nord-Pas de Calais programme ce festival au mois de Mars au Méliès à VILLENEUVE D’ASCQ.
En amont ou/et en aval de ce festival d’Evreux, on prévoit des temps spécifiques :
des « rencontres jeunesses » avec des collégiens en partenariat avec le conseil général,  un travail d’accompagnement culturel dans des formations d’animateurs professionnels (BAPAAT- BPEPS- DEJEP), d’accompagnement dans le cadre de formation continue (I.U.F.M – IUT- PJJ), et de participation de lycéens des sections audio visuelles (réalisateurs de films durant le festival).

A Evreux, deux jurys sont constitués pour élire deux films en compétition : un de professionnels du cinéma et un jury jeunes en contact avec l’image fixe et animée.
En 2008, le grand prix fut attribué à Xavier de Lauzanne « D’une seule voix » (Film que nous avons projeté dans le Nord lors d’une action de café pédagogique)

Cette année ont été primés :

« Je veux apprendre la France » documentaire de Daniel Bouy, Marion enseignante de français, forme un groupe de jeunes migrants arrivés du Mali, du Vietnam ou de la Tchéchénie pour échapper à la misère.

« Une ombre au tableau »  documentaire d‘Amaury Brumauld, Un fils retrouve sa mère, atteinte d’une forme de maladie d’Alzheimer, et l’aide à retrouver sa passion d’autrefois, la peinture. Ce moment est assez émouvant et riche d’échanges avec le public, en présence des réalisateurs, comédiens et jurys.

« 18 ans » documentaire de Frédérique Pollet Rouyer.

« Ecchymoses » de Fleur Albert documentaire sur le travail quotidien d’Annick, infirmière scolaire auprès d’adolescents,

« film d’amour », d’Alexandre Baumgartner, Résidant d’un foyer pour adultes polyhandicapés, Alexandre et ses amis posent des questions sur l’intimité et la sexualité. À travers ce film, ils revendiquent le droit d’aimer et de vivre eux aussi une relation amoureuse : dialogue saisissant d’authenticité et de sincérité avec les « psy » qui les accompagnent.

Toutefois, je n’oublie pas non plus :

« Canine » de Yorgos Lanthimos ( sur les écrans actuellement ) : un mur est censé protéger un famille du monde extérieur. On ne peut qu’éprouver de la frayeur, devant cet idéal familial, cet ordre parental, comme disait PHL dans la Voix du Nord « une chronique du fascisme ordinaire. »

Ces films nous rappellent que la relation dans l’éducation  est la plus importante, et c’est pour cela que nous sommes tous concernés, non seulement en tant que « militant et formateur » mais tout simplement en tant que « citoyen ».

www.festivalfilmeduc.net

Agnès Hallet