Rechercher

   
Contactez-nous
Vous pouvez nous contacter via notre formulaire de contact.
Cliquez ici

L’Initiative Route NN : une semaine pour construire des projets franco-allemands

Posté le 12/03/10Par Redaction 

Une semaine pour mieux appréhender les rencontres virtuelles en situation de crise sanitaire.

Une nouvelle conférence Route NN pour les travailleurs sociaux et jeunesse a eu lieu du 30 novembre au 4 décembre 2020. Malgré la crise sanitaire, les organisateurs n’ont pas baissé les bras et ont proposé cette rencontre en format virtuel.

 

Les Ceméa Nord Pas de Calais, ainsi que l’ensemble des membres du réseau Route NN se sont rassemblés pour organiser la conférence. Ces cinq jours de formation, nous ont permis de faire des échanges et de construire des projets inter-culturels. 

Des animations pour apprendre et mieux se connaître.

Jouer pour mieux se connaître, tel était le mot d’ordre ! En participant au Bingo virtuel, les participants se sont étonnés de découvrir leurs points communs. Nous avons rencontré des personnes curieuses, volontaires et enthousiastes à l’idée de construire des projets franco-allemands.

Les temps d’animation ont été un moyen de montrer à chacun des méthodes d’animation linguistique et leur intérêt. Les travailleurs jeunesse ont également pu appréhender l’organisation des rencontres virtuelles car Rachel PELLIZZARI a révélé les coulisses d’une telle rencontre. Des conseils pratiques et des outils interactifs ont permis de comprendre la nécessité, dans une rencontre virtuelle, d’anticiper les imprévus et de questionner sa propre pratique. L’objectif était de donner aux travailleurs sociaux et jeunesse toutes les clés pour organiser à leur tour des rencontres de jeunes. 

Des ateliers pour construire des projets.

L’association Faisca Voadora de Lisbonne nous a présenté lors d’un atelier de facilitation graphique des outils et des techniques visuelles pour schématiser ses idées avec seulement quelques crayons de couleur et une règle.Cet outil a permis aux participants de présenter leur structure d’une manière structurée et attrayante. 

Une fois les présentations faites, nous avons discuté des projets en petits groupes, lors d’un café virtuel, car « C’est lors des temps informels que se construisent les projets » a souligné Rachel PELLIZZARI, organisatrice et coordinatrice du réseau Route NN pour les Ceméa NDPC. En effet, nous avons remarqué que les idées et l’expérience de chacun ont fait naître de nouvelles idées. Nous avons découvert la volonté des participants de bâtir des projets autour de la gastronomie, du sport, des arts, mais aussi de l’engagement citoyen et solidaire.

Des exemples de bonnes pratiques ont permis aux participants de trouver de l’inspiration pour leurs projets et de nouvelles méthodes pour appréhender les rencontres. Par exemple, Ismaïl ALAOUI, du Centre socioculturel Roger Salengro de Lille, nous a présenté un des projets qu’il a organisé: «  Rap sur Route NN », où les jeunes ont pu découvrir les outils et techniques utilisés par les producteurs de musique. Ismaïl a souligné qu’il était important de créer des projets attractifs pour les jeunes afin de capter leur attention et développer leur envie de créer. 

L’appui financier et politique : un gage de confiance pour les projets d’avenir 

Les organisateurs de la conférence voulaient aussi  donner la parole aux intervenants afin de redonner l’impulsion et la motivation de construire des projets ensemble. Jean Luc CAZAILLON, Directeur National des Ceméa est intervenu pour réaffirmer l’adhésion des Ceméa aux valeurs portées par l’OFAJ, et l’importance des  projets franco-allemands, tels que ceux portés dans le cadre de la Route NN parce qu’ils rendent le monde plus fraternel. L’intervention de Sabrina Cadeau, Référente internationale jeunesse à la DRJSCS, nous a permis de comprendre en 5 étapes ce qu’est le plan territorial pour la jeunesse. Elle a insisté sur l’importance de l’interculturalité vécue, en soulignant que « cela nous ouvre les portes à la mobilité et nous permet de combattre le repli sur soi », car en s’ouvrant aux autres on peut aussi se découvrir.

Les Secrétaires Généraux de l’OFAJ sont intervenus et ont apporté leur soutien aux projets numériques et à la stratégie digitale portée par l’OFAJ ; car il ne faut pas oublier que c’est ce qui nous a permis de nous réunir cette semaine. Il faut « continuer à travailler et garder le lien » car cela permettra aux jeunes de se rencontrer, a souligné Anne TALLINEAU. L’enjeu  est de donner envie aux jeunes de participer aux échanges et conférences numériques, car le numérique attire de nouveaux publics, a précisé Elisabeth BERGER, cheffe du Bureau Formation Interculturelle. C’est pour cette raison qu’il est important de réfléchir à la manière dont on peut rendre le numérique plus attractif. Le numérique peut ouvrir des portes aux jeunes qui n’auraient pas eu la possibilité de participer à certaines conférences en temps habituel car leur domicile est trop éloigné du lieu de rencontre. Finalement le monde virtuel donne un accès à l’information, il est donc important de réfléchir à la manière de développer de nouvelles méthodes d’apprentissage, « sans pour autant faire disparaître nos jeunes derrière les écrans », comme la souligné Tobias BÜTOW, Secrétaire Général Allemand de l’OFAJ.

Agata ANIKEEVA

Ambassadrice de mobilité européenne et internationale

En service civique au Ceméa NPDC