toutes nos formations BAFA BAFD ...
 
Rechercher

 
Contactez-nous
Vous pouvez nous contacter via notre formulaire de contact.
Cliquez ici
 
l'actualité en direct...
Suivez toute l’actualité de votre Ceméa Nord - Pas de Calais en
vous abonnant à la newsletter ou au flux RSS...
Cliquez ici

Pratiquer des activités manuelles dans le projet de soin, des enjeux d’éducation nouvelle

Posté le 12/03/10Par admin 

Cet article est extrait du Rapport d’Activités de l’année 2015 des Ceméa Nord-Pas de Calais.

L’ATELIER OUVERT
Dans le cadre de la formation professionnelle continue, les CEMÉA Nord-Pas de Calais proposent un stage de 5 jours « les activités manuelles dans le projet de soins », il s’adresse aux soignants en psychiatrie et aux éducateurs spécialisés.
Ce stage est encadré par deux infirmières et un artiste plasticien, trois expériences professionnelles différentes, trois regards et une réelle complémentarité.

Il a pour objectif de faire découvrir, en les pratiquant, des activités manuelles avec des matériaux courants (terre, béton cellulaire, peinture, carton, plâtre, papier et divers matériaux de récupération) qui de plus nécessitent peu d’apprentissages. Ces activités s’adressent suivant le cas, à des enfants, des adolescents, des adultes ou des personnes polyhandicapées.

Éprouver le matériau, vivre un processus de création, agir et transformer, s’est se donner les moyens de s’exprimer, de créer à partir de processus simples, adaptables et facilement transmissibles.

Au sein de cette formation les CEMÉA tendent à répondre à ces enjeux.

Durant la session, les stagiaires sont amenés à réfléchir au rôle de l’activité, à son sens, son inscription dans l’histoire des pratiques artistiques, soignantes et éducatives. Une réflexion globale et transversale redéfinie la fonction thérapeutique et/ou éducative de l’activité.

PERSPECTIVES, un lieu, des lieux
L’atelier d’activités manuelles ne peut se réduire à quelques essais pratiques, à une idée de la compétence de son apprentissage et aux quatre murs de l’hôpital. Il est par nature ouvert et il faut sans cesse réaffirmer cette capacité.

Se rapprocher des institutions culturelles (musées, associations culturelles, fondations …) et plus particulièrement de leurs services éducatifs, forts d’expériences nouvelles, c’est à la fois élargir son réseau, renforcer les compétences, devenir force de proposition.

La région Nord-Pas de Calais dispose de structures muséales richement dotées qui couvrent presque la totalité du territoire. Entre le musée de la mine de Lewarde et le centre Nausicaà, de la mémoire de notre passé industriel au devenir de nos écosystèmes marins, d’hier à demain, le grand écart dans le temps est possible. Les lieux-repères, porteurs et pourvoyeurs de nos mémoires et patrimoines culturels, artistiques, sociaux, industriels, anthropologiques… sont des aides précieuses pour la compréhension du monde devenu complexe.

Se réapproprier ces lieux, c’est donc prendre soin de notre patrimoine, de nos histoires, d’outils de réflexions, c’est aussi faire acte de citoyenneté et surtout en démocratiser l’accès.

Avec rien

Pour l’équipe d’encadrement de ce stage, l’atelier d’activités manuelles s’inscrit dans une démarche globale de l’éco-citoyenneté. Il est nécessaire de s’adapter aux environnements contemporains. Le manque de budget, de moyens, la rareté, longtemps vécu comme de nouvelles contraintes ne doivent plus empêcher la possibilité de monter un atelier. Introduire les notions de récupération et de recyclage oblige à renouveler les pratiques et processus de création.

Texte écrit par Frédéric LOGEZ, Marie-Claude DESMAREST, Claudine COQUELLE
formateur et formatrices du stage