Rechercher

   
Contactez-nous
Vous pouvez nous contacter via notre formulaire de contact.
Cliquez ici

Un stage « d’accompagnement des pratiques culturelles » durant la formation BPJEPS Animation Sociale 2013

Posté le 12/03/10Par admin 

Cet article est extrait du Rapport d’Activités de l’année 2013 des Ceméa Nord-Pas de Calais.

Accompagnement su spectateur au LAM

L’accès aux pratiques culturelles et aux formes artistiques s’inscrit pour les Ceméa dans un projet de vie, dans un projet éducatif, c’est à dire un projet de société qui considère la culture comme un processus. Il invite chacun à prendre l’initiative d’aller vers ce qu’il ne connait pas. L’accompagnement culturel étant un moyen important pour soutenir et entretenir le désir de se cultiver tout au long de sa vie.

Dans la formation BPJEPS Animation Sociale, nous organisons des semaines de stage de formation en centre où l’on traite de sujets spécifiques. L’un d’eux, s’intitulant «Stage  Culture », s’est déroulé du 2 au 6 décembre 2013 avec 30 stagiaires de la métropole Lilloise. Cette semaine s’est construite autour d’un temps de formation sur l’accompagnement culturel avec comme support l’environnement culturel local de Villeneuve d’Ascq.
Pour les animateurs professionnels qui sont amenés à s’engager dans des pratiques culturelles avec leur public, il s’agit de réfléchir à leur rôle et aux moyens à mettre en œuvre pour accompagner des publics vers des pratiques culturelles.
Les objectifs de la formation sont les suivants :
  • Travailler autour des questions d’accès à la culture. Certaines populations des structures des stagiaires ont accès à peu de diversité culturelle et ont une faible participation à la vie culturelle. Elles subissent parfois une forte pénétration des industries culturelles. Il semble pertinent de travailler sur l’importance de la culture dans la construction sociale.
  • Appréhender l’univers des pratiques culturelles, leurs fonctionnements et les ressources disponibles sur le territoire local
  • Rencontrer des artistes professionnels
  • Rencontrer des professionnels de l’accompagnement culturel (médiateurs, programmateurs etc.)
  • Vivre des démarches d’accompagnement culturel.
Dans ce stage nous visons à sensibiliser et responsabiliser les stagiaires face à une pratique strictement consuméristes des productions culturelles et artistiques. L’alternative proposée est dans un rapport plus construit, plus maîtrisé avec l’environnement. Elle pose les questions de la place de l’art dans la société et de l’objet artistique, du sens de l’activité, de la consommation, du loisir culturel.

Découverte de l'extérieur du musée

L’accompagnement culturel tel que les CEMEA le pratiquent et le préconisent, est une démarche globale qui associe approche sensible et approche informative, adaptée aux « publics » et aux enjeux, au sens de donner de l’information, des repères, des références qui contribuent à une meilleure connaissance de l’environnement culturel.

Ainsi les stagiaires ont pu vivre une démarche d’accompagnement culturel au musée du LAM.
Nous avons débuté cet accompagnement culturel par de petites activités sensibles autour du musée en lien avec les œuvres extérieures. Puis une découverte de l’intérieur du musée s’en est suivie. Pendant cette visite en déambulation libre, chaque stagiaire a construit et a enrichi un petit carnet en s’appuyant sur les contraintes données par l’équipe de formation, clés de lecture pour la visite. Ensuite des activités ludiques d’expression et de découverte face aux œuvres ont permis de confronter nos regards et nos visions et de développer un rapport plus actif aux produits culturels.

Rencontres avec des acteurs de diffusion culturelle

Nous avons organisé des rencontres avec des acteurs de lieux de diffusion culturelle : scène nationale ludothèque, médiathèque, forum des sciences, ferme d’En Haut. Nous avons visité le Théâtre de l’Aventure à Hem, échangé avec un des artistes affiliés et avons vécu le spectacle en soirée.

En alternance avec ces rencontres, pour que les stagiaires puissent à leur tour « agir » nous avons organisé des modules de techniques d’activités, d’expression artistique et d’animation culturelle : atelier d’argile, atelier d’expression corporelle, atelier d’écriture et aménagements d’espaces ludiques dans le milieu urbain.
L’acquisition de ces nouveaux savoirs n’a qu’un intérêt limité en soi s’ils ne permettent pas d’engager la personne dans une réflexion critique et politique, dans un rapport plus actif à l’environnement et aux produits culturels. Ainsi, chaque jour des temps de réflexion permettaient de formaliser des savoirs en proposant à chacun de garder traces de leur parcours.

Jérémy BACLET